Paris musée historique

Paris, capitale culturelle mondiale !

Evidemment qu’Anne Hidalgo a sauté sur l’argument pour soutenir la candidature de sa ville aux Jeux olympiques. Articulée autour du Louvre, Paris détient les grands chefs-d’œuvre mondiaux et quasiment tout le génie brut italien (Léonard de Vinci, Raphaël, Le Caravage) bien qu’il manque à l’appel la voûte de la chapelle sixtine de Michel-Ange. Nous pouvons aussi parler de son symbole : la Joconde et son sourire énigmatique renvoyant évidemment au mystère féminin. Freud nous disait « La Femme ? Le continent noir de la psychanalyse », à croire que le génie inconscient de Léonard de Vinci avait quatre siècles d’avance sur l’effort de conscience du maître à penser autrichien. Paris est certainement la capitale offrant le plus de visites culturelles. Bien entendu, le centre national d’art et de culture Georges-Pompidou et le musée d’Orsay vous permettront de mettre un pied dans le beau et le contemporain tout comme ils vous permettront d’intégrer les nouveaux codes de la beauté moderne, plus abstraite et conceptuelle. Attention de ne pas vous laisser ébranler par « l’Origine du monde » de Gustave Courbet, le génie réaliste d’Ornans. Pareillement, le musée du quai Branly par ses expositions à thème est l’un des hauts lieux de l’anthropologie mondiale. Dans le sillage de Lévi-Strauss, Paris avait le devoir de prendre le relais de cette compréhension de l’autre. Aussi, en plus de son impressionnante concentration intra-muros, Paris possède une périphérie historique incomparable: Versailles et son antre du  » Roi Soleil « . En anecdote, Louis le Grand est celui qui, une fois, « avait failli attendre » ! Symbole de la puissance démesurée d’un seul homme et de la richesse d’un pays. Fontainebleau, lieu de villégiature de l’Empire napoléonien mais aussi Chambord, à une heure de route de Paris, est quant à lui le « château-joyau » de la renaissance puisqu’il symbolise la puissance de François 1er après sa victoire à Marignan et sa lutte effrénée avec son ennemi Charles Quint dans la poursuite de la gloire. En traversant la ville, il n’y aura pas un seul moment où l’histoire vous laissera du répit. La rue Malakoff vous transpercera de l’héroïsme de Mac Mahon et son fameux adage « J’y suis j’y reste » répété dans toutes les récréations de tout le pays. Le zouave mesurant l’eau de la seine vous rappellera le sacrifice de sa communauté pour la France en Crimée, lui-même sous le pont de l’Alma où il est également impossible de ne pas se souvenir la mort de la charismatique Lady Diana en 1997. C’est d’ailleurs en ce lieu, à quelques mètres de ce pont, que vous pourrez prendre la file d’attente pour visiter les égouts de paris ou partir en bateau-mouche.
Paris ville musée, Paris historique
Ville musée vous dit-on !
Quelle densité de pièces, de rues, de boulevards, de musées témoignant de l’incroyable richesse historique de cette ville qui a souvent centralisé les pouvoirs nationaux. Napoléon en a également fait un terrain d’exhibition de sa puissance: l’obélisque de Louxor trône place de la Concorde et tire une petite gène aux égyptiens de Karnak lorsqu’il leur est demandé pourquoi n’ont-ils qu’un obélisque sur deux d’origine. Nous vient ensuite l’Arc de triomphe et l’arrivée glorieuse sur la plus belle avenue du monde, les Champs-Elysées, témoignage de la gratitude de Bonaparte envers l’armée impériale à qui il avait promis après la victoire d’Austerlitz de passer « sous un arc de triomphe ». Aujourd’hui il s’agit d’une forte place militaire, lieu de défilé du 14 juillet ou de fraternité comme cette rencontre entre François Mitterrand et Helmut Kohl le 22 septembre 1984.

N’oublions pas non plus de qualifier Paris de  ville onirique en raison d’un tourisme qui se nourrit également d’un modernisme logique. Disneyland, le parc Astérix et le zoo de Vincennes sont des exemples de grandes attractions recevant des millions de visiteurs chaque année tout comme ils sont des symboles d’un Paris vivant avec son temps, à la fois si loin et si proche des fastes d’antan.